Appellation

Beaumes-de-Venise, Cairanne, Gigondas, Rasteau et Vinsobres, les Cinq pépites du sud et leurs terroirs

Avec 329 millions de bouteilles commercialisées en 2022 et un export dans 186 pays, la vallée du Rhône compte parmi les plus grands vignobles français. Dans une galaxie d’appellations mythiques comme Châteauneuf-du-Pape, Côte-Rôtie, ou Crozes-Hermitage, cinq crus du sud moins médiatiques, rivalisent de cuvées remarquables…

Dans un paysage saisissant, l’eau du Rhône glisse vers le sud et la mer Méditerranée où, auprès de la garrigue, des lavandes et des oliviers, de vastes étendues accueillent les vignes. Entièrement traversée par ce fleuve riche et puissant qui lui affirme son caractère autant qu’il sculpte son terroir, la vallée du Rhône est portée par la notoriété de grandes appellations comme Châteauneuf-du-Pape, Côte-Rôtie ou encore Crozes-Hermitage. Elle a réussi à dépasser l’image de petits bouteilles populaires, corsées et faciles à boire. Cet argument réducteur a en effet depuis longtemps été balayé par une montée remarquable en qualité avec notamment des rendements parfaitement maîtrisés.

Les 17 Crus des Côtes du Rhône révèlent ainsi des appellations moins connues comme Beaumes-de-Venise, Cairanne, Gigondas, Rasteau et Vinsobres, où nous sommes partis à la rencontre des vignerons. Le résultat a été à la hauteur de nos espérances, avec de véritables pépites variées, élégantes qui tirent toute la quintessence d’un terroir, d’un climat et d’un savoir-faire remarquable.

 

Eloïse Nosworthy, Brigitte, Dorothee et Simon sur le chemin des vendanges au Domaine Saint Amant

 

Beaumes-de-Venise

Domaine Saint Amant : un domaine à la hauteur

Au pied d’un massif montagneux d’où s’élancent les pittoresques Dentelles de Montmirail, Beaumes-de-Venise s’inscrit comme une enclave au cœur de la Provence. Cette station verte semble portée par ses fleurs, ses oliviers et ses vignes où sont élaborées des cuvées uniques. Créé par Jacques Wallut en 1995, le domaine familial Saint Amant est dirigé par un dynamique duo mère fille formé par Camille et Eloïse Nosworthy. Au coeur du massif, à 600 mètres d’altitude sur le flanc sud-est du mont Saint Amand qui en est le point culminant, les 13 hectares de vignes se dispersent en petites terrasses, bordées de talus où poussent genêts, amandiers, cistes, thyms et romarins, entourées de bois, d’arbres fruitiers et de pins, en symbiose avec un environnement d’une grande biodiversité. « Nos vignes bénéficient de la fraîcheur de l’altitude, de contrastes de températures entre le jour et la nuit favorable à une maturation plus lente, avec une acidité un petit peu plus marquée », présente Camille Nosworthy. « Nous travaillons pour mettre en avant la fraîcheur de l’altitude, marqué par un terroir complexe, avec souvent une pointe de salinité. » Le terroir d’altitude joue un rôle majeur, avec une fraicheur très présente, une gourmandise du fruit, et pour les rouges une grande souplesse des tanins qui tutoie les sommets. « Il est impossible et impensable de rivaliser avec Châteauneuf-du-Pape, une institution intouchable », reprend Eloïse Nosworthy. « Beaumes-de-Venise est un Cru à part en vallée du Rhône méridionale, marqué par son ancrage dans les Dentelles de Montmirail. Nous avons parfois un petit peu de mal à sortir de l’ombre de nos deux voisins, Vacqueyras et Gigondas. Mais nous sommes convaincus que Beaumes-de-Venise saura trouver sa place parmi les plus grands Crus du sud de la France ».

 

Camille Nosworthy en vendange au Domaine Saint Amant

 

Surprise dans les cuves

 

Cairanne 

Domaine Lucien Tramier :  un siècle d’excellence

Remarquable centenaire, le domaine Lucien Tramier cultive ses hectares de vignes dans un terroir unique de la vallée du Rhône depuis 1912. La diversité des sols et les différentes expositions des parcelles favorisent la production de millésimes typiques et appréciés. Héritier de cette authenticité, Max Thomas, quatrième génération de vignerons, conduit l’exploitation depuis 2007. « Les sols de type argilo-calcaire permettent, malgré un climat chaud en été, de vinifier avec de la finesse, tout en gardant de la fraîcheur », explique-t-il. « A chaque étape de nos gammes, dont nos Cairanne, nous cherchons avant tout à proposer une bonne « buvabilité » dans la jeunesse. Le plaisir de la dégustation est trouvé dès les premiers mois, sans forcément devoir attendre plusieurs années avant qu’ils ne soient prêts à boire ». Les récoltes s’effectuent à l’optimum des maturités, sans aller chercher les sur-maturités afin qu’il y ait un équilibre entre sucre et acidité. La finesse, l’élégance et la fraîcheur sont les trois maîtres mots qui caractérisent le domaine, selon l’influence du terroir, avec toujours le meilleur rapport qualité prix possible. « Depuis que Cairanne est passé Cru en 2015, nous avons vu l’intérêt pour cette appellation croître », constate Benjamin Laigle responsable commercial. « Selon les marchés avoir l’opportunité de proposer un Cairanne représente une vraie valeur ajoutée. C’est une appellation qui monte et qui est en forte progression dans tous les paramètres, que ce soit en termes de notoriété ou de qualité, avec une forte proportion de vignerons indépendants et de jeunes qui veulent faire bouger les choses ».

 

Max Thomas et Lucien Tramier, une transmission intergénérationnelle

 

Gigondas

Gigondas La Cave : un acteur majeur

Les vertus s’inscrivent au cœur de la tradition. Depuis plus de soixante ans, Gigondas La Cave s’affirme comme un acteur majeur de l’appellation Gigondas, près des Crus voisins Vacqueyras et Beaumes-de-Venise. Respectueux de terroirs d’exception, les adhérents travaillent avec passion leurs parcelles pour livrer à la cave des vendanges très qualitatives. « Nous ne rivalisons pas vraiment avec les autres Crus de la vallée du Rhône », estime Christophe Esclangon, directeur. « Je pense que nous sommes complémentaires. Les terroirs de Gigondas proposent des vins plus fins et délicats. Ils sont très appréciés de nos clients, dont l’objectif est de trouver de la complexité, sans pour autant qu’ils ne soient trop puissants. La « buvabilité » est un axe de plus en plus recherché et c’est un critère sur lequel nous nous inscrivons ». L’appellation Gigondas est réputée et reconnue avec des qualités constantes et des niveaux de prix compétitifs, ce qui constitue un vrai atout à l’export.

 

Vendanges à Gigondas La Cave

 

 

 

Les vignes de la Cave de Gigondas

Famille Cheron :  des plaisirs authentiques

La Famille Chéron sublime le travail de cinq générations de vinificateurs qui au gré des années ont donné naissance à une signature significative et des flacons d'exception. L’élaboration signe un engagement d’offrir de vraies émotions, comme un catalyseur d'instants de convivialité et de bonheur partagé, tout en préservant la richesse et la diversité des terroirs. Cinquième génération de vignerons, Élisa Cheron signe depuis 2015 sur la partie œnologie, la vinification, l’élevage et une mise en bouteille qui aboutit à une grande finesse. « Nous sommes convaincus que seul un équilibre naturel permet de façonner des vins authentiques, riches de sens et de goût », affirme-t-elle. « Nous recherchons l’expression la plus vraie, la plus pure de nos terroirs. Avec humilité, nous essayons de comprendre les spécificités de chacun de nos sols et de nos parcelles. Si la recherche d’équilibre guide nos assemblages, c’est bien la concrétisation de l’expression originelle de nos terres qui nous anime au quotidien ». Le résultat est tout simplement saisissant, avec des cuvées intenses pleines d’harmonie et de finesse, qui font le bonheur des consommateurs.

 

Yves Cheron et sa fille Elisa

 

Marty Echerei, époux d’Elisa Cheron, qui a rejoint le domaine en 2020

 

La famille Cheron

 

Rasteau

Maison Safranier : la belle rencontre    

La Maison Safranier constitue l’aboutissement d’une belle rencontre entre deux passionnés qui ont créé un tout nouveau concept, à la fois élégant, net et pur. Vigneron chevronné, Claude Hilt fonde en 2010 Villa Safranier. Les terres ont été patiemment acquises sur certains des plus beaux terroirs de France, notamment à Rasteau et Châteauneuf-du-Pape. L'arrivée en 2014 d'Isabelle Thomas Moine en tant qu'oenologue conseil, marque un nouveau tournant pour ce domaine. Grâce à son travail méticuleux, tout au long des processus de vinification et d'assemblage, la Villa Safranier atteint une renommée unanime pour sa qualité exceptionnelle et l’expression fidèle des terroirs d'origine. En 2020, Claude Hilt et Isabelle Thomas Moine se lancent un nouveau challenge et créent Maison Safranier avec pour ambition de développer des cuvées originales et audacieuses. « Le relief de Rasteau est marqué par des collines et des coteaux, explique Isabelle Thomas Moine. Cette situation crée une diversité de microclimats, qui offre la possibilité de choisir les meilleures expositions pour chaque cépage, en fonction de leurs besoins spécifiques en ensoleillement et en ventilation ». Le terroir de Rasteau présente une biodiversité importante avec une flore et une faune diversifiées qui contribuent à l'équilibre écologique des vignobles et a un impact positif sur la santé des vignes et la qualité des raisins ». Nous ne considérons pas qu'il y ait une rivalité, mais plutôt une complémentarité entre nous et les appellations comme Châteauneuf-du-Pape par exemple », analyse Claude Hilt. « Ces deux crus mettent en valeur de manière exceptionnelle la diversité des terroirs de la vallée du Rhône. Rasteau se distingue par sa générosité et sa puissance, tandis que Châteauneuf-du-Pape est apprécié pour sa finesse et sa fraîcheur. Rasteau est une appellation renommée. Elle bénéficie d'une longue histoire viticole et d'une réputation établie pour sa qualité qui facilite la commercialisation sur les marchés internationaux ». La Maison Safranier produit une large gamme, allant des rouges puissants et complexes aux vins doux naturels généreux. Cette diversité aide à répondre aux différents goûts et préférences des consommateurs à l'échelle internationale, au cœur d’une région peuplée de grandes appellations de renommée mondiale.

 

Claude Hilt, a l'origine de la Maison Safranier, et Isabelle Thomas Moine

 

Maison Lumian & Bonnefoy : un sacré duo

Vignerons en Agriculture Biologique, Gilles Phétisson et Caroline Bonnefoy travaillent ensemble depuis 2005. Ils vinifient séparément leurs domaines, Lumian sur 35 hectares pour lui, Bonnefoy pour elle. Entre 360 et 380 m d’altitude sur des argiles et des galets de calcaire bruns avec une exposition sud, la Maison Lumian & Bonnefoy couvre 45 hectares de vignes implantées sur quatre appellations différentes, Valréas, Beaumes-de-Venise, Ventoux et Rasteau. « Nous cherchons à restituer à travers nos gammes la meilleure expression du sol et de la vigne, exprime Caroline Bonnefoy. Le sous-sol frais et une altitude de 210 à 260m pour les côteaux, font de ce terroir l’un des plus tardifs de l’appellation. Nous pouvons attendre la maturité phénolique optimale sans pour autant atteindre des degrés d’alcool trop élevés. » L’exposition sud des coteaux, protégés du mistral par une forêt domaniale au nord, ainsi que les galets de calcaire bruns de surface, favorisent le murissement des grenaches. La syrah, cépage plus précoce, bénéficie de plus de fraicheur grâce à la proximité d’une source.

 

Caroline Bonnefoy dans ses vignes.

 

Vinsobres

Domaine Le Mirabeau : la belle hauteur

Face au Mont Ventoux, Vinsobres est le premier Cru de la vallée du Rhône en Drôme Provençale, le territoire le plus méridional de la région Auvergne-Rhône-Alpes. A une trentaine de kilomètres de Châteauneuf-du-Pape, il propose des cuvées riches et amples grâce à un terroir et une exposition remarquable. Les rouges affichent une minéralité qui leurs donne des caractéristiques spécifiques et un potentiel de garde. Philippe Wallon et son fils Sébastien cultivent 5 hectares de vignes avec une production limitée d’environ 10 000 bouteilles du Domaine Le Mirabeau, un assemblage 70% grenache et 30% syrah, Médaille d’or Gilbert & Gaillard. « La spécificité de nos terroirs se retrouve essentiellement dans l’appellation », estime Philippe Wallon. A 400 mètres, Vinsobres est le Cru le plus en altitude de toute la vallée du Rhône. « A cela, s’ajoute la proximité du Mont Ventoux qui donne un climat chaud dans la journée et frais durant la nuit ». Atypiques, les vins profitent de ces conditions exceptionnelles avec des notes de fruits frais et des tanins soyeux et élégants garant d’un bon potentiel de garde.

 

Philippe Wallon, propriétaire du domaine Le Mirabeau, dans ses vignes

Domaine Saint Vincent : atypique et septentrional

Créé en 1920, le Domaine Saint Vincent a pris un nouveau tournant en 2012. Après trois générations de propriétaires, cette maison de l’excellence est devenue la propriété de la famille Lescoche avec l’ambition de poursuivre l’œuvre accomplie et de la porter à un haut niveau de qualité et de prestige. Ses 50 hectares de vignes sont constitués majoritairement de grenache et de syrah, cépages emblématiques de la région. La vigne est cultivée avec persévérance et attachement dans le respect d’une tradition ancestrale. « Vinsobres est un village et une appellation perchée qui compte 1375 hectares de vignes en terrasse à une altitude de 200 à 450 mètres », constate Philippe Lescoche, le propriétaire. L’appellation est protégée par un microclimat ainsi que par son amphithéâtre de vignes. Elle bénéficie d’un positionnement géographique atypique et favorable qui en font un Cru méridional à fortes consonances septentrionales, fruité et généreux. Elle se différencie par son terroir d’altitude et surtout par une fraicheur bien présente. « Nos terroirs favorisent une production moins sur l’alcool et plus fraîche en bouche », estime Ludivine Lescoche, fille du propriétaire et responsables des ventes. Les Vinsobres sont également de grands vins de garde, avec des potentiels de dix ans en général. Les vinifications et les élevages font ressortir tout leur potentiel aromatique. En revanche, ils restent malheureusement encore trop peu connus à l’export. Selon les pays, la clientèle professionnelle ne fait parfois pas la différence entre un Côtes-du-Rhône générique et un Cru de la vallée du Rhône ». Le Domaine Saint Vincent met en valeur la typicité et l’identité du Cru Vinsobres. Les assemblages grenache syrah présentent de beaux profils aromatiques. Souples et équilibrés, ils sont structurés par des tanins soyeux qui leur apporte une superbe élégance.

 

Philippe Lescoche, vigneron et propriétaire du domaine Saint Vincent au caveau

 

Ludivine Lescoche, fille du propriétaire du domaine avec son compagnon Guillaume Coin, responsables des ventes

 

Des crus éclatants de vitalité

Au pinacle des grandes régions viticoles françaises, la vallée du Rhône concentre une quantité remarquable de 17 Crus, dont plusieurs sont réputés dans le monde entier. Derrière les grands incontournables, ces appellations sudistes séduisent par leurs qualités remarquables. Les vignerons de Beaumes-de-Venise, Cairanne, Gigondas, Rasteau, et Vinsobres ont su tirer profit d’une position géographique privilégiée, d’un terroir, de conditions d’ensoleillement exceptionnelles et de cépages emblématiques. Le grenache assure un potentiel alcoolique élevé. La syrah présente une grande richesse aromatique, tandis que le mourvèdre apporte des notes raffinées et épicées. Pour la majorité des domaines, le résultat est éclatant avec des vins sur le fruit qui expriment une rondeur toute en élégance. Par ailleurs, et c’est un paramètre non négligeable pour le consommateur final, le prix très attractif constitue un vrai atout. Au cœur d’un marché fourni et très concurrentiel, ces cinq Crus produisent une constellation de belles cuvées qui méritent d’être recherchées, découvertes et appréciées.